Laurent Lhoté

Photographe

Reportage

Reportage


 

Les algues sargasses, le casse-tête antillais


Pour beaucoup, les Antilles sont un archipel d’îles synonyme de paradis. Une eau à 26 ° toute l’année, des plages de rêve … Mais depuis quelques années, la carte postale est moins belle. Les îles doivent faire face à la prolifération d’une algue qui s’échoue massivement sur les côtes et qui dégage une odeur nauséabonde : la sargasse ; Un cauchemar pour les antillais, les professionnels du tourisme et surtout, un risque encore mal mesuré sur la santé de la population. Le phénomène a été observé dans les Antilles françaises pour la première fois en 2011. Les deux espèces d’algues Sargassum fluitans et Sargassum natans ont toujours été présentes dans cette zone mais les échouages sur les côtes étaient infimes. Aujourd’hui, entre 20 000 et 40 000 tonnes d’algues brunes s’échouent chaque année sur le littoral guadeloupéen. Elles affectent plusieurs secteurs économiques de la région. Elles envahissent les zones de pêche, engorgent les filets et enlisent les ports. Elles endommagent les systèmes de refroidissement des moteurs des bateaux. Les algues représentent aussi une menace pour la biodiversité. Elles forment des immenses bancs s’étalant parfois sur des dizaines de kilomètres et d’une épaisseur d’un mètre. Elles peuvent ainsi entraîner la formation de zones anoxiques causant la mort de nombreuses espèces. Mais surtout, les sargasses sont une catastrophe pour le tourisme qui représente aux Antilles près de 98 % de l’économie. Chaque saison, les municipalités doivent procéder à leur ramassage sur les plages ou se résigner à fermer certaines d’entre elles. Lorsqu’elles se décomposent, les sargasses laissent échapper de l'hydrogène sulfuré qui est un gaz toxique et très nauséabond. Même si la gravité de l’intoxication est à relativiser puisqu’elle dépend de la concentration et de la quantité de gaz inspiré, les algues représentent quand même pour la population locale un risque sanitaire à l’ampleur encore inconnue sur le long terme. Pour le moment, les autorités locales sont impuissantes pour enrayer le phénomène et le ramassage des algues est le seul moyen d’action pour lutter contre ce fléau. En effet, les suivis satellitaires montrent que les sargasses qui s’échouent sur les côtes antillaises viendraient principalement d’une zone située au nord-est du Brésil. Au gré des courants et des saisons, ces algues se déplaceraient jusque dans le Golfe de Guinée. Elles se développeraient d’un côté au contact des eaux riches des fleuves africains et de l’autre, au contact des eaux de l’Amazone, très chargées en nutriments (phosphate et nitrate). Face à ce constat, les pouvoirs publics encouragent les initiatives innovantes pour la collecte et l’exploitation des sargasses. Mais bien que les pistes de valorisation des algues soient nombreuses, les entreprises hésitent à investir dans de tels projets à cause de la saisonnalité et de l’irrégularité de ces échouages.


Echouage sur la plage, Sainte-Anne, Guadeloupe

 Ramassage, Saint-François, Guadeloupe

Dernière parution

Dernières parutions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voyages

 

 

 

Etats Unis : Californie, Zion, Antelope Canyon, Lac Powel, Monument Valley, Grand Canyon, l'incontournable Route 66 ...

Pour une commande concernant un de ces sites ou sur un sujet particulier, merci de me contacter : l.lhote@sfr.fr

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Dernière pérégrination

Service simple et gratuit

Créer un blog facilement

Bientôt ...


Les Antilles Françaises

Pour une commande concernant un de ses sites ou sur un sujet particulier, merci de me contacter : l.lhote@sfr.fr

BESbswy